Articles

Affichage des articles associés au libellé crise

Engrenage systémique : cet attracteur étrange qui génère crises et bulles

Image
Bon OK, les vidéos que je cite dans cet article sont excessives...Elles utilisent les mêmes techniques de propagande que ceux qu'elles dénoncent...N'empêche que sur le fond, il y a matière à réfléchir en terme de problématique ! Les Banques Centrales Esclavagistes Je reprends l'idée principale de la vidéo : " Il est essentiel de comprendre que la structure entière de ce système ne peut produire qu'un seul effet sur le long terme : l'endettement. Désormais il n'est pas bien difficile de comprendre leur arnaque. Chaque dollar produit par la banque centrale est prête avec intérêt. Autrement dit chaque dollar produit est réellement un dollar + un certain pourcentage de dette sur ce même dollar. Et puisque la banque centrale a la monopole de la production de monnaie pour le pays entier et qu'elle prête chaque dollar avec une dette associée, d'où vient l'argent servant à payer cette dette ? Encore une fois, il ne peut venir que de la banque

Les stratégies du catastrophisme

La passion des catastrophes Au moins vous saurez ! :-( Sommes bien peu de choses ! :-( "a) D’une part, l’horizon de la catastrophe peut rester un instrument utile pour faire sauter le verrou gestionnaire dont s’aveuglent les apothicaires de la croissance. À ce premier niveau, l’écologie sert temporairement l’activisme politique, mais seulement pour se mettre sur la voie de « remplacer la peur d’une interruption catastrophique par le désir d’une interruption politique » (161). Il s’agit ici de se servir du spectacle qui rend perceptible la menace de la catastrophe, afin de faire vaciller la normalisation des esprits et de nourrir le désir passionné d’un retournement radical des logiques sociales. b) Il convient toutefois, dans un second temps, de se méfier de la biopolitique des catastrophes par où l’écologie superficielle et l’écolocratie dérivent vers la reconduction sécuritaire d’un consumérisme étatisé. Aussi bien la rationalité myope du « réalisme » que les passions

Web 2.0 : c'est maintenant que les choses sérieuses commencent !

Fini le bon temps - Transnets - Blog LeMonde.fr Francis Pisani lance ce matin : "fini le bon temps" ! Maybe, yes, no ! ma réplique virtuelle favorite ! :-) Moi ce qui me rend malade, c’est la leçon de tout ça : des services de valeur ont été produits grâce aux dynamiques coopératives du web 2.0…et des dysfonctionnements financiers pour ne pas dire des malversations viennent les remettre en cause…qui plus est on vient garantir et soutenir les défaillances…??? Quelle éthique dans tout ça ? Dans quel monde voulons nous vivre ? un Internet libre devient vital, non ???

Crise instrumentalisée

Une petite vision qui me trotte dans la tête en ce moment : Rajouter de la crise à la crise comme moyen "efficace" d'imposer sans résistance une autorité de régularisation externe ??? Intérêt de garder la tête froide !

Politiques : les gros mensonges

Gouverner, c'est prévoir - Recherche en histoire visuelle Le gros risque systémique est derrière nous ! oh le gros beau mensonge ! :( ça me rappelle le nuage radioactif de Tchernobyl qui avait soit disant soigneusement évité nos contrées ???? Il va falloir assumer : on est en plein dedans et c'est que le début...mais cette fois-ci, la plupart des gens le savent... Et d'une certaine manière le vote négatif du congrès au plan de sauvetage de l'économie américaine est peut-être un message clair que ce modèle économique ne vaut pas la peine d'être sauvé et qu'il faut inventer quelque chose qui nous ressemble ! Et L'éducation tout au long de la vie est amenée à jouer un rôle fondamental dans cette construction ! Qu'en pensez-vous ?

De crise financière et d'éducation

Le binz de la crise financière est un vrai système dont certains nous disent qu'il faut chercher les solutions plutôt que les coupables ! Et ce soir de me replonger chez Illich ( Une société sans école ) et de lire : "l'idée de scolarité dissimule un programme par lequel il s'agit d'initier le citoyen au mythe de l'efficacité bienveillante des bureaucraties éclairées par le savoir scientifique. et partout, l'élève en vient à croire qu'une production accrue est seule capable de conduire à une vie meilleure. Ainsi s'installe l'habitude de la consommation des biens et des services qui va à l'encontre de l'expression individuelle, qui aliène , qui conduit à reconnaitre les classements et les hiérarchies imposées par les institutions. " L'éducation a sa part de responsabilité dans ces emballements consuméristes ! Et celle qui est la sienne aujourd'hui c'est de poursuivre le changement engagé autour de l'apprendre à ap

Transnets, des gadgets aux réseaux: Brésil: petite synthèse "paulista"

Transnets, des gadgets aux réseaux: Brésil: petite synthèse "paulista" La lecture de ce billet résonne avec mes réflexions estivales : je viens de lire le Bluff Technologique de Jacques Ellul (sur les conseils d'un Pisanaute)et je ne peux m'empêcher de m'interroger sur le sens de ce projet ! "Délopper la science et la Technologie" n'est, pas à mon sens, une fin en soi et je ne lis rien, ici, qui ressemble de près ou de loin à des usages répondant à des besoins...J'ai plus le sentiment qu'il s'agit avant tout de formater le plus grand nombre possible de personnes afin de les rendre le plus dépendant possible des NTIC...Est-ce vraiment là un projet qui vise l'autonomisation ? J'en doûte !... Paroles et paroles encore quand Sergio Amadeu dit "Le software libre permet l'autonomie. Il permet de devenir participant et pas seulement utilisateur." L'idée derrière tout cela c'est d'encourager l'appropr