Articles

Affichage des articles associés au libellé consommation

Malaise sémantique

Observe la marchandisation du vivant se mettre en place méthodiquement ! Perçois l'orientation commerciale du web sémantique de plus en plus clairement ! Constate l'enthousiasme et la fascination cynique qui accompagnent l'émergence de ce capitalisme cognitif ! Déplore le manque de recul et de critique philosophique, la normalisation et la tentative de muselage des forces vives (artistes, monde du libre...)! Prédis des retours de bâtons et des résistances à la hauteur de l'hallucination collective ! MAJ du 3 février 2015 : bon, en même temps, je suis pas la seule à le penser :) http://florencemeichel.blogspot.co.uk/2013/03/donnees-et-ethique.html

Consommation : toujours plus et toujours plus vite

Evolution des cycles d’adoption des technologies Ce week-end, je me promenais autour de chez moi, en Angleterre et je me désolais de constater le niveau de laisser aller dans la gestion des déchets en tout genre...des papiers partout...et sans que visiblement les gens ne soient gênés ! Quelques jours auparavant, une amie me faisait découvrir le magasin : COSTCO...un immense entrepôt qui vous vend de tout mais en quantité industrielle et à moindre coût...ici vous n'achetez pas une canette de bière mais une palette...j'exagère juste à peine...le royaume de la sur-consommation...ici, il faut posséder a tout prix...trop n'est pas assez ! Vous pouvez même acheter des médicaments par lot...A quand la palette de prozac ???? Ce matin , je découvre cet article qui montre le raccourcissement des cycles d'adoption de la technologie ! - Il y a fallu 90 ans pour que 90% de la population US possède une voiture - 35 ans pour que 100% de la population soit équipée d’un frigo - 10 a

Education 2.0 : un produit de consommation ?

Illich disait que l'école nous enseigne le besoin d'être enseigné, faisant par la même de l'éducation un produit de consommation et créant des systèmes de dépendance aux institutions ! Diffuser le Web 2.0 sans projet de société relève de la même logique, me semble-t-il : c'est cela qui me gène terriblement ! On crée un besoin artificiel, et on rentre dans un logique de consommation pure...les paradigmes et le sens ne sont pas questionnés...le besoin n'émerge pas : il est imposé ! Pour moi, le web 2.0 questionne notre rapport à l'autorité et à la responsabilité individuelle et collective...et cette dimension politique du web 2.0 est fondamentale pour avancer...l'un sans l'autre : le web 2.0 n'est rien de moins qu'une façon moderne de nous aliéner !