Articles

Affichage des articles associés au libellé esprit critique

Spatial citizenship : un grand pas vers l'émancipation !

Image
https://openclipart.org/ Il y a des jours où vous vous dites : là, on change de perspective, quelque chose est entrain de se passer...on bascule dans une autre dimension...et bien c'est le sentiment que je viens d'avoir au travers d'un échange dense et constructif avec David Landry , Caroline Jouneau Sion et JC Dardart . Le point de départ, c'est la découverte du Spatial citizenship http://bit.ly/bX1iAh Son application pratique se traduit par des initiatives de ce type http://pedagotice.blogspot.com/2010/07/spatial-citizenship.html Il me semble que le spatial citizenship converge et résonne avec deux concepts clefs : - L' énaction : vers un puissant paradigme d'apprentissage émancipateur a l'ère du numérique ttp://florencemeichel.blogspot.com/2009/05/lenaction-vers-un-puissant-paradigme.html - l' anoptisme : à découvrir ici http://perspective-numerique.net/wakka.php?wiki=Anoptique Je dirais que c'est la combinaison de l'énactio

Engrenage systémique : cet attracteur étrange qui génère crises et bulles

Image
Bon OK, les vidéos que je cite dans cet article sont excessives...Elles utilisent les mêmes techniques de propagande que ceux qu'elles dénoncent...N'empêche que sur le fond, il y a matière à réfléchir en terme de problématique ! Les Banques Centrales Esclavagistes Je reprends l'idée principale de la vidéo : " Il est essentiel de comprendre que la structure entière de ce système ne peut produire qu'un seul effet sur le long terme : l'endettement. Désormais il n'est pas bien difficile de comprendre leur arnaque. Chaque dollar produit par la banque centrale est prête avec intérêt. Autrement dit chaque dollar produit est réellement un dollar + un certain pourcentage de dette sur ce même dollar. Et puisque la banque centrale a la monopole de la production de monnaie pour le pays entier et qu'elle prête chaque dollar avec une dette associée, d'où vient l'argent servant à payer cette dette ? Encore une fois, il ne peut venir que de la banque

Réflexions sur l'avenir à l'ère du numérique

Longue discussion ce matin sur Twitter, avec l’émergence de trois idées importantes ; 1 Pour le plupart, nous n’adhérons pas aux projets de societé quand nous nous sentons manipulés et infantilisés...nécessité de TRANSPARENCE et de RESPECT (B-A-BA des relations humaines) 2 La CONFIANCE s'inscrit aussi dans une démarche critique me semble-t-il : nous avons besoin de développer des compétences d'ANALYSE CRITIQUE pour nous situer dans notre environnement et pouvoir y évoluer en confiance ! 3 Nécessaire aussi je crois de nous PROJETer dans une visée porteuse d'avenir soutenable...visée ETHIQUE ? http://nouvellerevuemoderne.free.fr/edgarmorin_ethique.htm

La fabrication "pédagogique" du silence...pour en sortir !

Carnets québécois de pédagogie critique: De la prétendue neutralité des enseignants et des manuels : Je vous recommande de lire ce billet qui sans détour va droit au but : nous créons ce que nous produisons...et le citoyen "PASSIF, INDÉCIS, INCAPABLE D'AGIR ET DE PRENDRE POSITION...le citoyen silencieux qui ne réagit pas aux injustices de ce monde...n'est que le produit d'un programme méthodique ou l'enseignant joue un rôle clef ! Stéphanie nous invite à lâcher prise et à aborder l'enseignement sous un autre angle ! Je retiens en particulier cette idée forte ! "Imaginons que nous soyons assez éveillés pour comprendre à quel point l'idéologie dominante est inhérente à l'école dans sa structure, ses programmes, les relations humaines qui y évoluent, etc. Imaginons que le modèle que l'on propose à nos élèves soit celui d'un citoyen engagé, qui prend position, qui explique rationnellement ses positions, preuves à l'appui, qui crée d

De crise financière et d'éducation

Le binz de la crise financière est un vrai système dont certains nous disent qu'il faut chercher les solutions plutôt que les coupables ! Et ce soir de me replonger chez Illich ( Une société sans école ) et de lire : "l'idée de scolarité dissimule un programme par lequel il s'agit d'initier le citoyen au mythe de l'efficacité bienveillante des bureaucraties éclairées par le savoir scientifique. et partout, l'élève en vient à croire qu'une production accrue est seule capable de conduire à une vie meilleure. Ainsi s'installe l'habitude de la consommation des biens et des services qui va à l'encontre de l'expression individuelle, qui aliène , qui conduit à reconnaitre les classements et les hiérarchies imposées par les institutions. " L'éducation a sa part de responsabilité dans ces emballements consuméristes ! Et celle qui est la sienne aujourd'hui c'est de poursuivre le changement engagé autour de l'apprendre à ap

Technologies, web 2.0 et Apprentissage : quel positionnement pour les enseignants et les formateurs ?

Je rebondis sur la vidéo postée ce matin par Emilie au sein du réseau Apprendre 2.0 : Au delà du résumé qu'elle en fait : " Largement inspiré de plusieurs autres vidéos du genre, ce montage vise à susciter la réflexion sur les pratiques pédagogiques, sur l'impact que les technologies ont dans la salle de classe et sur l'évolution du rôle des apprenants et des enseignants " , il y a une autre point qui ressort : l'iphone par exemple y est présenté comme un outil courant d'apprentissage...nous savons bien qu'il n'en est rien ! Plus qu'une vidéo sensée révéler une situation, c'est surtout une façon de promouvoir un outil en le faisant passer pour incontournable...voir indispensable...bref on passe d'une logique d'apprentissage à une logique de consommation (vu le prix, ce n'est pas une question anodine) : je crois qu'il faut garder un esprit critique par rapport à ce genre de message culpabilisant...ça ressemble fort à

La formation des enseignants en question

Blogue du RAEQ - Ensemencer la réforme chez les futurs enseignants Je relaie le billet de François Guité concernant le très bon travail réalisé par Lyonel Kaufmann : au travers d'un blog, il a engagé avec ses étudiants un travail réflexif et épistémologique sur les pratiques enseignantes ! C'est, à mon avis, une excellente démarche pour acquérir un sens critique et constructif vis à vis des pratiques pédagogiques : je vous invite à aller visiter ce blog qui mérite votre attention...et vos commentaires ! :-)

ZERO SECONDE : Se faire plutonner (par Martin Lessard)

ZERO SECONDE : Se faire plutonner (par Martin Lessard) Comme quoi tout est affaire de cadrage : "la carte n'est pas le territoire" (Watzlawick) Petit extrait : "Choisir un algorithme de définition de ce qui entre dans le résultat n'est pas anodin. Il exclut ou inclut des "objets", il n'est pas neutre. Bien sûr, vouloir catégoriser la complexité de la nature dans des listes n'est pas facile : ma liste ci-dessus ne manque pas de charme mais n'est pas très opérationnelle. Mais comme les engins de recherche, c'est en fonction du but "opérationnel" que les algorithmes sont développés. Ils ne sont pas neutre. Ils déclassent aussi des "plutons" d'information. Il y a plein de sites web qui se font ainsi "plutonner"... " Tiens, ça me rappelle une discussion estivale et amicale !... A lire en parallèle : La pertinence des algorithmes "les schémas d’inclusion ou d’exclusion ont un rôle