Articles

Affichage des articles associés au libellé intelligence globale

De l'intelligence collective vers l'intelligence globale

Ecrans - Web 2.0 : le règne de l'individualisme social Plus je chemine dans mes expériences et mes réflexions sur le net, et plus j'ai la conviction que le concept d'intelligence collective est largement dépassé pour représenter les dynamiques en jeu sur le Web : il me semble aujourd'hui souhaitable de parler d'INTELLIGENCE GLOBALE pour mettre l'accent sur les formes multiples qu'elle convoque ! Il y a quelques temps, sur ce blog , j'avais écrit cela sur le sujet : "je pense qu’il vaudrait mieux parler d’INTELLIGENCE GLOBALE plutôt que d’intelligence collective ! En effet, l’intelligence collective type Web 2.0 s’appuie non seulement sur notre capacité à produire ensemble des "objets" (contenus, opinions, réflexions...etc... ) mais aussi et surtout leurs processus de régulations permanents (création, évolution, destruction ). Il se trouve que ces processus dits « auto-organisationnels » impliquent des dimensions complémentaires à la

La rationalisation de l'intelligence collective en question !

Transnets » Blog Archive » Vos prévisions pour 2007 et mes invitations à CaféTransnets  (Archives :  https://web.archive.org/web/20070324062250/http://pisani.blog.lemonde.fr/2007/01/17/vos-previsions-pour-2007-et-mes-invitations-a-cafetransnets/ ) Je réagis au commentaire de Scholem sur le billet en question : A la réflexion et pour avancer par rapport au point de vue de Scholem, je pense qu’il vaudrait mieux parler d’INTELLIGENCE GLOBALE plutôt que d’intelligence collective ! En effet, l’intelligence collective type Web 2.0 s’appuie non seulement sur notre capacité à produire ensemble des "objets" (contenus, opinions, réflexions...etc... ) mais aussi et surtout leurs processus de régulations permanents (création, évolution, destruction ). Il se trouve que ces processus dits « auto-organisationnels » impliquent des dimensions complémentaires à la fois d’ordre individuelles, collectives et contextuelles ! Et ce sont ces allers-retours incessants entre les différente